UN VIGNOBLE MILLÉNAIRE

« ON RÉCOLTE DANS CETTE PETITE VILLE MARITIME,
UN VIN BLANC, LE MEILLEUR DE PROVENCE. »
Extrait du Grand Larousse universel du XIXe siècle, 1868.

Il y a plus de 2 600 ans… Les Phocéens, en même temps qu’ils fondent Marseille, implantent les premiers ceps dans la baie de Cassis. Ils introduisent l’ugni blanc, encore présent aujourd’hui. Plus tard, les Romains perpétuent la culture de la vigne à Cassis et expédient le vin par la mer. Comme en témoigne les amphores à vin retrouvées en baie de Cassis. Les premières traces écrites  de l’existence du vignoble cassiden remontent au Moyen-Age. En 1381,  un texte notarié relate la présence d’une terre à vigne au lieu-dit « L’Arène », en bordure de mer. Dès l’origine, le vignoble jette donc l’encre au bord de la Méditerranée pour s’arrimer, ensuite, aux coteaux des massifs environnants.  Au XVIe siècle, Cassis scelle son destin : le vignoble se spécialise dans l’élaboration de vins blancs. Une révolution en Provence ! Ailleurs, les vins rouges dominent.

Syndicat des Vins de Cassis

Site  web  : http://www.vinsdecassis.fr

AOC DEPUIS 1936

CASSIS EST LA PREMIÈRE APPELLATION D’ORIGINE  CONTRÔLÉE DE FRANCE.

L’Appellation d’Origine Contrôlée Cassis a vu le jour le 15 mai 1936. La date a son importance. En effet, le classement de Cassis en AOC est intervenu, quasiment en même temps, que la création de l’Institut National de l’Origine et de la qualité (Inao), l’organisme qui délivre ce classement. Cassis est ainsi la première Appellation d’Origine Contrôlée de France. Elle recouvre, aujourd’hui 215 hectares et affiche une production de 7 500 hl par an en moyenne. Elle obéit à des règles strictes inscrites dans son cahier des charges de production modifié en 1996. (créer un lien pour télécharger le cahier des charges.) Unique en Provence, elle signe principalement des vins blancs. La couleur représente 67 % de la production de l’appellation. Les vins rosés réalisent 30 % et les rouges les 3 % restants.

 

LES VIGNERONS DE CASSIS

DOUZE VIGNERONS AMOUREUX DE LEUR TERROIR CULTIVENT LES 215 HECTARES DU VIGNOBLE DE CASSIS.

Tels des orfèvres, les vignerons de Cassis cultivent ce vignoble, comme une perle rare, blotti entre mer et falaise. Ces domaines dont une majorité sont entre les mains de mêmes familles depuis plusieurs générations, se sont attachés,  sans relâche, à la préservation de leur vignoble malgré la pression foncière qui s’exerce sur la baie de Cassis. Toujours soucieux de la protection de leur appellation et de la préservation de son environnement, les vignerons de Cassis s’orientent vers l’agriculture biologique de leurs vignobles.
Leurs pratiques s’inscrivent par ailleurs dans une démarche de développement durable. En 2012, le vignoble de Cassis a été intégré à l’intérieur du territoire du Parc National des Calanques. L’appellation Cassis est ainsi la seule entièrement incluse dans un Parc National. Ce classement constitue une étape supplémentaire dans sa protection. Il fige, en effet, l’aire d’appellation du vignoble dans la durée.

 

UNE PALETTE ÉTONNANTE

LE VIGNOBLE DISPOSE D’UNE IMPRESSIONNANTE COLLECTION  DE CÉPAGES BLANCS. LA MARSANNE ET LA CLAIRETTE EN FORMENT LA CLEF DE VOÛTE.

Les cépages principaux

L’encépagement de chaque exploitation doit contenir au moins 60 % de Marsanne et de Clairette qui sont les deux cépages principaux de l’appellation. La Marsanne, originaire du nord de la vallée du Rhône, s’est parfaitement acclimatée à la bordure maritime. Elle apporte des arômes fins et élégants ponctués de notes de fleurs blanches ainsi qu’une belle longueur en bouche. Avec le temps, elle offre de subtiles notes miellées. La Clairette, d’origine provençale, apprécie les sols calcaires, peu fertiles, maigres et secs du vignoble cassiden. Elle participe à la fraîcheur des blancs de Cassis. Elle leur offre des senteurs anisées, de garrigue, de miel d’acacia et de fruits à chair blanche. Elle confère, en outre, de la rondeur et du gras.

Les cépages secondaires

L’Ugni Blanc a trouvé à Cassis les sols et le microclimat lui permettant d’exprimer ses qualités. À faible rendement, il apporte aux vins blancs de Cassis un support d’acidité qui leur permet de durer dans le temps. Les vieilles vignes développent également une palette aromatique riche avec des notes citronnées. Le Bourboulenc, originaire de Provence, il requiert un terroir chaud pour arriver à maturité. Sa finesse et ses arômes de fleurs de garrigue, ciste et genêt, apportent leur tonalité particulière. Le Sauvignon, venu du Sud-Ouest, il possède une végétation dense et doit être canalisé par des sols maigres. Il aiguise les vins de ses notes très aromatiques : bourgeon de cassis, pamplemousse, fruits à chairs blanches, abricot et fleurs blanches.  Le Pascal blanc, né en Provence, il exige des terroirs bien exposés, secs et pauvres pour brider sa productivité. Dès lors, il peut exprimer des notes citronnées et de tilleul.

Laisser un commentaire